Pesticides et changement climatique : comment sommes-nous impactés ?

Aujourd’hui, les enjeux environnementaux sont divers. Au fil des années, nous constatons une évolution du climat et mettons en œuvre des solutions de lutte et d’adaptation au changement climatique.

Processionnaire, pyrale du buis, frelon asiatique … nous avons tous entendu parler de ces insectes invasifs. Leur pullulation est étroitement liée à l’augmentation moyenne des températures, d’où leur présence presque partout en France. En agriculture aussi, les conséquences sont présentes. Par exemple, les pucerons envahissent les cultures de protéagineux et de tournesol et occasionnent des dégâts importants. « Chez le puceron vert du pêcher par exemple, les premiers individus détectés le sont avec 2,5 semaines d’avance par rapport à ce qui était observé il y a 40 ans. » d’après TerresInovia. Les prédateurs de ces insectes sont bien présents mais, au vu de leur place dans la chaîne alimentaire, ils sont globalement plus sensibles aux variations climatiques.

Avec le recul, nous nous apercevons que l’utilisation de produits phytosanitaires n’est pas la solution idéale pour lutter contre ces nouveaux ravageurs et maladies. Des solutions variées existent et peuvent permettre une gestion plus écologique de ces nouveaux enjeux.

Favoriser les auxiliaires (guêpes parasitoïdes, prédateurs, oiseaux, etc) permet de lutter de manière biologique. Pour ça, on peut installer des nichoirs, favoriser des haies refuges, des plantations sauvages source de nourriture … La mésange de nos jardins est le plus grand prédateur des chenilles. Elle peut consommer jusqu’à 500 chenilles par jour en période hivernale et lorsqu’elles nourrissent les petits, même les urticantes ! Malheureusement, les pesticides impactent la population d’oiseaux qui chute à vu d’œil.

De nouveaux modes de gestions agricoles peuvent également être choisis comme l’agriculture biologique ou l’agroforesterie. D’après le GIEC, les émissions de CO2 par exemple sont inférieures de 48 à 66 % en agriculture biologique par rapport aux systèmes conventionnels. Sans oublier que l’agriculture biologique permet de stocker plus de carbone dans le sol.

 

« Le rapport Changement climatique et terres émergées du GIEC montre qu’une gestion durable des sols   nous aiderait à faire face aux changements climatiques », estime Hans-Otto Pörtner, coprésident du Groupe de travail II du GIEC

 Les animations du jour :

EVENEMENTS EN LIGNE

 

Animation Organisateur Lien
Vidéo Youtube « Les nouveaux défis de l’aménagement durable » FREDON Grand Est https://www.youtube.com/watch?v=VZSDNj38Kow&t=2s

 

Podcast du Jardin des Merlettes

 

Le Jardin des Merlettes https://podcasts.apple.com/us/podcast/le-podcast-du-jardin-des-merlettes/id1455391875

 

Podcast On sème fort !

 

Mon Jardin Bio https://podcast.ausha.co/monjardinbio-podcast-jardinage-bio

 

Podcast La Question Jardin

 

Mon Jardin Bio https://podcast.ausha.co/la-question-jardin-par-monjardinbio-com

 

Quizz journalier sur Facebook Ville de Wissembourg https://www.sap-grandest.fr/%C3%A9v%C3%A8nement/quizz-en-ligne/

 

Publication Zéro phyto Chalons en Champagne Agglo https://www.chalons-agglo.fr/

 

Webconférence « Adapter son jardin aux changements climatiques » Missions Eau d’Alsace https://www.sap-grandest.fr/%C3%A9v%C3%A8nement/adapter-son-jardin-aux-changements-climatiques/

 

 

EVENEMENTS PRESENTIELS

Animation Organisateur Lien
Atelier « Le jardin forêt, un jardin nourricier pour tous » Missions Eau d’Alsace https://www.sap-grandest.fr/%C3%A9v%C3%A8nement/le-jardin-foret-un-jardin-nourricier-pour-tous/

 

 

Prochain article prévu demain : Les pesticides et la biodiversité de nos villes et nos villages

Voir toutes les actualités